LA SAULAIE

 

               

 

                        Cadastre de 1812                                                      Cadastre actuel

 

                                   

 

La Saulaie appartenait à Mr Boquet et son épouse Antoinette Pachaut. En 1853, devenue veuve, elle vendit à Eugène Richou et son épouse Joséphine Naveau de St Denis-d’Anjou, ils y habitèrent. Ils restaurèrent et agrandirent les bâtiments existants : les encadrements de briques et les parements de tuffeaux sont de leur époque. En 1856 ils restaurèrent le calvaire du carrefour de la Saulaie.

Eugène Richou était le fils de Anne Richou et René Richou (Richou-Richou) propriétaires de l’ancien manoir de la Maison Blanche, qu’ils venaient d’acheter en 1831, et constructeurs de l’actuel château en 1864.

René Richou sera maire de Brain de 1837 1840, son fils Eugène sera maire de Brain de 1870 à 1879.

Eugène Richou et Joséphine Naveau mariés en 1849 eurent une fille unique en 1854 ; elle mourut en 1863, à l’âge de 9 ans, et fut enterrée dans le cimetière de Brain, puis dans la chapelle du cimetière construite en 1889, suite au décès de son père Eugène Richou, par l’architecte Auguste Beignet époux de Rose Richou, petite cousine de Eugène Richou. Joséphine Naveau veuve de Eugène Richou y fut aussi enterrée en 1910.

Eugène Richou, sans descendant direct, avait un frère Alexandre : ce sont les descendants de ce frère qui héritèrent de la Maison Blanche et de la Saulaie : Marie Richou x Louis Jamin-Richou, puis les cinq enfants Jamin. L’une d’elle Marguerite Jamin épouse de Martial Testard transmit la propriété à ses enfants dont René et Jeanne Testard qui vendirent en 1988 aux actuels propriétaires.

 

 

 

Extrait de la généalogie des Richou à Brain-sur-Longuenée

  

                       

 

 

 

   Les Richou : la réussite d’une famille d’industriels suite à l’ancienne noblesse

 

René Richou et Anne Richou (Richou-Richou) sont des industriels de la meunerie, ils viennent du moulin de la Roussière. Jeanne Martine Richou, sœur de René Richou sera la grand-mère de Julien Pierre ange Bessonneau (toiles et corderies Bessonneau, Angers) et de son épouse Françoise Marie Besnard. Désiré Richou, frère de Anne Richou, est le fondateur de la banque Richou. Joseph Richou petit neveu de Anne Richou est architecte et réalise le projet de la mairie-école de Brain en 1840.

Mathurin Richou, frère de Anne Richou a acheté la Simonaie en 1824, il la reconstruira.

 

En 1901, afin de faire face à ses créanciers, Joséphine Naveau, veuve de Eugène Richou, devra vendre la ferme de la Bouquetière et son « château-folie » de St Denis d’Anjou aux Girard, pharmaciens à Feneu. En 1921, les descendants revendront la Bouquetière à Emile Poilane, agriculteur et commerçant en bestiaux.

 

Un château-folie dans la corbeille de mariée

 

Joséphine Naveau était la fille de Auguste Naveau et de Marthe Gruau (N G). Il était marchand de draps à Saint-Denis d’Anjou, les parents de Marthe étaient ciergiers (ciriers).                                      

Ils rêvaient de bien marier leur fille unique Joséphine née en 1829. Auguste Richou frère de Eugène Richou venait en 1842 de se marier avec leur voisine Eugénie Raffray-Raffray du château du Grand Saultray à Saint-Denis d’Anjou…

…Eugène Richou se maria avec Joséphine Naveau à Saint-Denis-d’Anjou le 15 janvier 1849.

 

           

                                                                    

Le château-folie de la Bouquetière à Saint-Denis-d’Anjou en cours de restauration,

aujourd’hui propriété de Louis et Marie-Joseph Béron, petite-fille d’Emile Poilane.

 

                                      

Tombeaux de Marthe Gruau et d’Auguste Naveau ; en face, celui de Louis Joseph Raffray beau-père d’Auguste Richou, cimetière de Saint-Denis d’Anjou.

 

Sources : Claire Steimer conservateur du Patrimoine - Mr et Mme Renouf – Généalogie Dominique Huez – Marie-Joseph et Louis Béron de Saint-Denis-d’Anjou

Retour au menu : Accueil.  Des compléments à apporter, Jean Poussin : Contact