Les moulins à vent seront remplacés par un moulin à gazogène.

 

         Le Grand Moulin

 

Deux moulins à vent assuraient la fabrication de la farine. Le Grand Moulin est resté un lieu-dit en haut du bourg de Brain, Il était situé sur le grand chemin d’Angers à Chazé sur Argos, via la Maladrie et le chemin des Fontaines.

C’était un moulin à chandelier, « assis par terre ». Une cabine carrée à deux étages supportait les ailes, abritait le mécanisme et les meules, elle pivotait sur une sole en bois (chandelle) posée sur une butte de terre et quelques pierres. Son pied en bois était protégé des intempéries par un bardage de planches.

         L’épouse du meunier était fille de meunier et venait parfois de loin, elle devait connaître le métier pour seconder le meunier et le remplacer pendant sa sieste.

1750 1770

 

            Le Grand Moulin était celui de Denis Rigault au 18 ème siècle, Jean Chatelain lui succéda. Longtemps la butte de terre était restée, elle vient d’être arasée. Il semble détruit vers 1846, et sans doute reconstruit vers 1859 : une paire de meules y est signalé. En 1866, il ne fonctionne plus.

    

 

S

 

E

  \

O

 

  N

 

                                                   

                                                                     Cadastre de 1812 

 

 

Le Moulin de la Quenouillère

 

            L’autre moulin était situé dans le village de la Quenouillère, de l’autre côté de la route du Lion. Le nom du lieu-dit est resté, la butte était encore visible il y a quelques années. C’était aussi un moulin à chandelier, « assis par terre ».

            C’était le moulin de Joseph Guilleux vers 1750, il semble détruit vers 1886.

                                  

 

       Moulin de la Quenouillère vers 1750.                  Moulin à chandelier « assis par terre », le Hutreau, Angers

 

 

                                  Cadastre de 1812

 

Autres moulins

 

Il aurait existé un moulin à vent à la Himbaudière.

Un autre moulin est signalé entre le Pot de Fer et le Grand Moulin avant 1840.

A la Beuvrière (commune de Grez-Neuville, ancienne paroisse de Brain) il existait un moulin à eau et un moulin à vent.

 

La Minoterie Pelluau

 

 

Jusqu’en 1928, le Tertre (actuellement 5 rue du Puits Hervé) était une ferme appartenant à Monsieur Voisine. Il y fit monter un moulin à l’emplacement de l’étable avec moteur à gaz pauvre (gazogène) : c’était un moteur « à explosion » qui utilisait comme carburant le gaz du bois ou du charbon que l’on chauffait.

           

                                       

 

 

                       

 

Document personnel de madame Danielle Aubert, épouse de Jean Michel Collinot, petite fille d’Hélène Bedouet x Joseph Aubert. Son grand-père fut jeune maréchal-ferrant à Brain en 14-18 puis employé en 1922 chez Sévère Voisine comme mécanicien en moteurs à pétrole et à vapeur. En 1925 son arrière-grand-mère Marie-Louise Saulais (épouse Bedouet) habitait au premier étage de la maison qui devint ensuite la boucherie Château (rue de la cure).

 

En 1939 Monsieur Auguste Pelluau prit la succession pendant six mois, il fut alors prisonnier de guerre.

En son absence son beau-père Monsieur Boulay prit le moulin en charge, mais vu les circonstances, il ne put faire que des céréales secondaires pour le bétail.

            A son retour en 1945 Monsieur Pelluau modernisa son moulin par des moteurs électriques et des machines adaptées à la farine panifiable ; il fit jusqu’à 450 quintaux de blé par mois.

 

 

 

 

 

Sources : Les Amis des Moulins d’Anjou , A.D.49, Pierre Froger du Courrier de l’Ouest,  Service départemental de l’inventaire.

_____________________________________________________________________________________

Retour au menu : Accueil .Si vous avez des compléments à apporter, me contacter, Jean Poussin : Contact