Le Château de Montergon

 

               

          Cadastre de 1812, l’ancien manoir                                  Cadastre actuel, la ferme de Montergon

 

L’ancien manoir était à la place de la ferme actuelle. L’aile sud-ouest a été démolie en 1872 par Adolphe Mauvif de Montergon pour construire l’actuel château, plus à l’est, face à la route de Brain-La membrolle.

 

 

Les de Mergot

 

Montargum est cité en 1117 dans le cartulaire de St Aubin. Le lieu, la terre et le fief existent avant 1540, ils appartiennent à la famille de Mergot.

C’est sans doute Sébastien 1er de Mergot, mari de Marguerite Vivien qui vint à Montergon. Les de Mergot seraient d’origine écossaise, arrivés en France au 15 ème siècle lors de la guerre de Cent ans.

Ils vécurent à Montergon pendant presque trois siècles. Dix d’entre eux au moins sont enterrés dans l’église de Brain-sur-Longuenée ou dans la chapelle Ste Anne.

 

Les armes des de Mergot de Montergon : « d’azur à trois chevrons d’or » 

 

Les derniers de Mergot à Brain furent : Lucresse (ou Lucrece) de Mergot, son mari Claude d’Ecuyer et leurs deux filles, ils habitaient la maison près de l’église de Brain, elle est décédée en 1654, à la Poterie (St Lambert ou Challain la Potherie ?).

En 1662 son frère Claude de Mergot, héritier vendit Montergon à un avocat, Monsieur Bucher. Pas pour longtemps puisque son bien fut saisi en 1668 et adjugé à Christophe du Pineau.

 

 

 

Extrait de la généalogie des de Mergot de Montergon à Brain-sur-Longuenée pendant trois siècles.

 

 

La famille du Pineau

 

Christophe du Pineau était le fils de Gabriel du Pineau d’Epluchard (le Pin, paroisse de St Laud à Angers) qui fut maire d’Angers en 1632 et 1633.

En 1673 Christophe du Pineau agrandit le manoir de Montergon, il y construisit une chapelle en 1688, elle fut bénite par Frère Christophe, son fils Bénédictin, en présence du curé de Brain. Une autre cérémonie eut lieu en 1714 en présence de la famille, des curés, vicaires, chapelains et notables des paroisses voisines.

 

 

 

De l’ancien manoir, il ne reste aujourd’hui qu’une longère, bâtiment transformé en granges et étables pour la ferme de Montergon ; elle est visible du chemin pédestre, avec ses œils-de-bœuf et son cadran solaire, vestiges d’un autre usage.

Après le décès de Christophe du Pineau 1679, son fils Nicolas lui succéda, mais ne fit pas une bonne gestion de ce bien, malgré l’aide financière de ses deux filles qui engloutirent la fortune de leur mère et placèrent rn 1721 un couple de fermiers : « Noble Homme » Urbain Goupil et son épouse Marie Berthellot . Lasses, Henriette et Françoise du Pineau obligèrent leur père à vendre,  ce qu’il fit en 1731 à la famille Mauvif.  

                        Cadran solaire, du manoir des du Pineau à Montergon

C’est un cadran solaire horizontal de forme octogonale, daté de 1719. C’est une gravure sur ardoise de 16 pouces-français de diamètre (~ 43 cm). Il avait été retrouvé dans les décombres après la démolition partielle du manoir lors de la construction de l’actuel château.                                                             

 

Extrait de la généalogie des du Pineau de Montergon, à Brain-sur-Longuenée

 

Gabriel du Pineau

Epluchard, le Pin

Maire Angers 1632-1633

 

Christophe du Pineau

°1603 Angers

+ 01/10/1679 Brain

Construction manoir Montergon 1673

Marie Gaillard

x  vers 1640

 

Anne du Pineau

° vers 1642

Marianne du Pineau

° vers 1644

Christophe du Pineau

° vers 1646

Bénédictin

Nicolas du Pineau

° vers 1650

Seigneur de Montergon

                                                                                         

Marie Guerrier

de la Trinité, Angers

x   vers 1680

 

Anne Henriette du Pineau

Baptisée à Brain vers 1683

Françoise du Pineau

Baptisée à St Maurille, vers 1685

 

                                                        

 

 

Les Mauvif de Montergon

                 

            Les Mauvif sont devenus propriétaires de Montergon en 1731.                                                                                                       

Adolphe Mauvif de Montergon démolit une partie de l’ancien manoir pour construire l’actuel château en 1872, beaucoup plus à l’est, de l’autre côté du chemin d’accès et parallèle au chemin vicinal de grandes communications Gc n° 23 de la Membrolle à La Chapelle-Glain, dans la direction de la Huttière.

Sur la façade de ce nouveau château : le monogramme Mauvif de Montergon ; un buste de femme ; le portrait de St Adolphe, le même que sur le vitrail de l’ancienne  et de l’actuelle église ; et aussi un blason barré accompagné de trois fleurs, sans doute celui de Michel Mauvif de la Plante que Odile Halbert définit « Dargent à trois tiges d’artichaud de sinople posées en fasces ».  

Adolphe Mauvif construisit aussi quelques années plus-tard la basse-cour, très belle ferme avec écuries, remises de voitures à cheval, sellerie, ateliers, alors les dépendances du château.                                                   

                 

 

René Mauvif était syndic de Brain jusqu’à la Révolution, son neveu Marie Mauvif fut son héritier.

 

Marie Mauvif n’eut qu’un prénom car il n’était pas viable, il vécut cependant jusqu’à 81 ans et eut sept enfants de ses deux mariages.

Il était maire de Brain en 1817 et destitué en 1830 pour désaccord avec le régime.

 

Son fils Adolphe fut maire de Brain en 1884, et révoqué en 1907, suite à la séparation de l’Eglise et de l’Etat et la question des crucifix dans les écoles.

 

Extrait de la généalogie des Mauvif de Montergon, à Brain-sur-Longuenée   

         

 

            

 

Entre la carte postale ci-dessus datant de 1930 ~, et la photo suivante de 1964, les toitures octogonales de la tour de l’escalier et de l’échauguette ont été tronquées, économie oblige, lors d’une restauration par André Carteron.

 

      

 

 

 

            

 

 

 

 

 

                   

 

            Le Commandant C. Mauvif de Montergon,          Marguerite et Bernadette Mauvif de Montergon

         cavalier et écrivain.

 

 

            

Après la vente du château, les demoiselles de Montergon

habitèrent La Houssardière                                                           La chapelle Ste Anne

                                                                  est le lieu de sépulture des familles de Montergon

 

 

 

Sources : Manuscrit du Curé Gourdon - Célestin Port -  Claire Steimer conservateur départemental du patrimoine - Bernard Mayaud - Sonia Souliard - Jean Poussin

Retour au menu : Accueil. Des compléments à apporter, Jean Poussin : Contact