Maison de Lucresse de Mergot

 

            Cette maison faisait partie d’un ensemble immobilier avec dépendances, porte cochère, logement des chevaux et voitures à cheval.

            Au 17 ème siècle, Lucresse de Mergot, épouse de Claude d’Escuillé (il était Chevau-léger de la Garde du Roi), fille de René Mergot Seigneur de Montergon y habitait avec ses deux filles Marguerite et Louise, cette maison était appelée la maison de l’Ecuyer. Des descendants de leur fils René d’Ecuillé existent actuellement en Anjou.

            de Mergot :                             d’Ecuillé :

d’azur à trois chevrons d’or             de sable à un pal d’argent à la bande d’azur brochant sur le tout.               

            Lucresse de Mergot descendait de St Louis par sa mère Jacquine de Montours, voir ci-dessous un extrait de généalogie.

 

            Jeanne Levoyer (La Maison Blanche), épouse de Antoine Cormier de la Dominière (Mme de la Dominière) en est propriétaire au milieu du 18 ème siècle.

            En 1766, Madeleine Fourmond veuve de Pierre Vernault (marchand-fermier) en fait l’acquisition. Françoise-Jeanne Vernault, religieuse s’y réfugia à la révolution et y mourut en 1814.

              

                 1750                                                          1770                                                   1812

            Les Vernault ont deux gendres : Mathurin Guillot et François Denis, les Denis héritèrent de ce lieu.

            En 1844, cette propriété fut dispersée en cinq lots, au décès d’Elie Denis, décédé sans enfant, en présence de ses neveux héritiers.

            L’acquisition de la maison et du grand jardin fut faite par les Pasquier, cocassiers (ou coconniers) et sabotiers, ils y installèrent leur commerce. Leur héritière Augustine Pasquier célibataire (+ 11 Janvier 1916) transmit ses biens à sa nièce Marie Josephine Bouvet (x Joseph Auguste Plassais, ils furent aussi épiciers et coconniers) qui devenue veuve les transmit en viager à Marie-Louise Bedouet, leur bonne puis épicière, Bru souhaitée, elle resta célibataire, elle fut une commerçante appréciée.

Les deux fenêtres et la porte, à droite, ont remplacé la devanture de l’épicerie.

                      

                        La petite maison                                                    La maison de l’Ecuyer

                       

Chevau-léger du Roi        Extrait de la généalogie depuis St Louis jusqu’à Lucrece de Mergot,

née à Brain-sur-Longuenée

 

Sources : Curé Gourdon - Elisabeth et Jean Michel Bossé - Bernard Mayaud - Sonia Souliard - Jean Poussin

Retour au menu : Accueil - Des compléments à apporter, Jean Poussin : Contact