Les chemins d’autrefois à Brain-sur-longuenée

 

Avant le 18 ème siècle, peu de chemins passaient par le bourg, même pas les grands axes, ils allaient plutôt d’un lieu-dit à un autre d’un lieu-dit au château ou d’un lieu-dit à la forêt de Longuenée.

Le chemin de Missepierre allait de la Perrière (entre le Lion et Vern) au plessis-Macé, en passant par la croix Poirier, le gué de la Mérancière (seul passage sur le Thibert), la Blanchaie, l’étang de la Machevinière, la croix de Mis-Pierre, le carrefour de la Saulaie, la croix de Montergon, les Poiriers (La Membrolle)...

A chaque carrefour des repères, poteaux indicateurs, qui peu à peu ont été christianisés en calvaires. Ces calvaires étaient aussi des lieux de processions pour les rogations, très ferventes quand la pluie se faisait attendre. L’un des derniers curés de Brain-sur-longuenée nous avouait, désabusé « l’irrigation a tué les rogations. »

 

 Croix Poirier      Cadastre de 1812

 

            Le chemin de Mariet à La Pouèze passait par le carrefour de la Croix Houdin, par le début du chemin Ferré (ou Perré), par le carrefour de la Simonaie, devant l’ancienne ferme des Poiriers, par le carrefour du chemin de la Grançonnière, par la Gouachère, la Miottière ; il désservait en passant la Robinaie et longeait la forêt, il franchissait le carrefour de la Croix Robert, frontière entre Brain et La Pouèze (chemin des Charbonniers).

 

 Cadastre de 1812                          

 

Tout les lieux-dits avaient, à proximité, un chemin qui conduisait en forêt de Longuenée, trace du rôle économique de cette forêt à des époques de précarité.

 

Retour au menu : Accueil.  Des compléments à apporter, Jean Poussin : Contact